Poussière d’initié

Poussière d’initié

poussiere

1 gramme de poussière, socle et cloche plexiglas
15 x 15 x 120 cm – 2010

Travail réalisé en collaboration avec Lionel Biermann pour une exposition au Frac Languedoc-Roussillon
Cette exposition « Au pied du mur » présentait des pièces qui devaient être réalisées en un temps limité et avec des moyens réduits.

Travail réalisé en collaboration avec Lionel Biermann pour une exposition au Frac Languedoc-Roussillon
Cette exposition « Au pied du mur » présentait des pièces qui devaient être réalisées en un temps limité et avec des moyens réduits.
Nous avons réalisés 11 boîtes en origami avec le papier d’un sac d’aspirateur.
Chaque boite contient un gramme de poussière récoltée sur ou les oeuvres stockées au Frac.
Dix boites ont été offertes aux membres du personnel travaillant au Frac (secrétaires, régisseurs,directeur…)
Une boîte témoin est présenté sur un socle avec une lumière interne qui éclair la boite par le dessous.La boîte témoin était inaccessible, protégée par un cube en Plexiglas, comme un objet inestimable ou une relique.
La poussière et le sac d’aspirateur, dont on essaie de se débarrasser une matière et un papier non nobles, jetables et peu glorieux, se transforment en un élément raffiné.
Poussière d’initié renvoie surtout avec ironie à une réalité dans la conservation des oeuvres dans les centres d’art. Le personnel de nettoyage du Frac n’étant pas autorisé à faire le ménage dans la réserve où sont stockées les oeuvres.
Comme si cette dernière était sacrée, il faut une main avertie et expérimentée pour nettoyer des oeuvres d’art. Les seules personnes habilitées à le faire et qui ne le font pas ont donc reçu une boite.

 

Work realized in association with Lionel Biermann for an exhibition in the FRAC Languedoc-Roussillon
This exhibition  » At the foot of the wall  » presented pièces must be realized at limited time and with average cubbyholes.
We realized 11 boxes it origami with the paper of a dust bag.
Every box contains one gram of dust collected  on or below the works stored in the Tail coat.
Ten boxes were offered to the members of staff working on the Tail coat (secretaries, managers, director).
Photos telling this action as well as a box witness  were presented.
The box witness  was inaccessible, protected by a cube in Plexiglas, as an inestimable object or a relic.
The dust and the dust bag, of which we try to get rid a material  and a paper not noble, disposable and little glorious, are transformed into a sophisticated(refined), valuable element.
Dust of initiated sends back especially with irony to a reality in the preservation of the works in the centers of art. The staff of cleaning of the Tail coat not being authorized to do the housework in the reserve where are stored the works.
As if this last one was crowned, is needed a hand warned and experimented to clean works of art. The only persons authorized to make it and who do not make it thus received a box.
(What touches physically art becomes art ?)